En ce cinquantième anniversaire de la libération de notre pays, nous vous proposons de lire les notes de l’abbé MERCIER, curé de LA GIETTAZ de 1935 à 1945 : II évoque les tristes évènements de la guerre qui ont secoué notre village.

« Le 2 septembre 1939, mobilisation générale. Le lendemain, déclaration de guerre de la France à l Allemagne. Mobilisé du 2 septembre 1939 jusqu’au 20 juillet 1940, j’ai été remplacé à LA GIETTAZ par M. l’abbé THEVENET, professeur au grand séminaire d’ANNECY.

L’armistice du 22 juin 1940 avec l’Allemagne et du 24 juin 1940 avec l’Italie (qui nous a courageusement déclaré la guerre quand nous étions en pleine débacle) met fin provisoirement aux hostilités. Depuis, nous vivons une période bien sombre : La France est sucée par l’Allemagne. Absolument tout est contingenté. C’est le règne de l’égoïsme, du marché noir et du troc (du beurre pour une paire de souliers, etc …)

Le 11 novembre 1942, débarquement des troupes alliées en Afrique du nord et invasion de toute la France par les allemands. Les 16 et 17 novembre 1942, notre GIETTAZ si tranquille est foulée par les vaillantes troupes de MUSSOLINI. De même les 24 et 25 novembre. Ces soldats emplumés n’ont pas du tout l’air flambant.

Le 10 juillet 1943, un car transportant une quinzaine de gardes mobiles et surtout des membres de la police d’Etat (milice française) arrive de grand matin à LA GIETTAZ. Ces sinistres individus, grassement payés, vont saisir Alfred BIBOLLET de Goville, Robert ROSSET, géomètre domicilié à LA GIETTAZ. Ils ramassent également un nommé BUTTARD, domicilié à FLUMET ainsi qu’un medecin juif, réfugié dans le maquis. BIBOLLET, ROSSET et BUTTARD ont été emmenés comme dangereux pour la sécurité de l’Etat. La raison est qu’ils s’occupaient à retirer dans le maquis les jeunes gens désignés pour aller travailler en Allemagne. Tous les quatre ont été emmenés dans un camp de concentration en Haute Vienne.

Le 28 octobre 1943, arrive à LA GIETTAZ un camion de « Fritz ».Ils sont conduits par un jeune homme et une jeune femme : tous deux à leur solde. Ils fouillent plusieurs maisons aux Mortines, aux Combes de Jean BOUCHEX, aux Clapières, à la Puginière, à l’Abbaye et à l’hôtel du Soleil d’Or. Ils arrêtent les fils de Jean BOUCHEX pour avoir trouver chez eux un vieux fusil rouillé, mais ils les relâchent l’après-midi. Ils arrêtent, au Soleil d’Or, un juif avec sa femme et les emmènent. Dans les maisons fouillées, particulièrement celles qui ne sont pas habitées, ils s’emparent des provisions qu’ils y trouvent.

Le 24 novembre 1943, nouvelle visite des Frigolains. Ils se rendent directement chez le maire, François PORRET. Ils fouillent sa maison et emmènent un juif retiré dans la petite maison à côté de son habitation.

Le 19 janvier 1944, retour d’Alfred BIBOLLET du camp de concentration où il a passé plus de 6 mois.

Le 20 août 1944, les Allemands sont à peu près chassés de France. Le conseil municipal de LA GIETTAZ est remplacé par un autre conseil présidé par Jérémie PORRET du Plan. La transmission des pouvoirs a été faite en présence d’André MONGELLAZ, Président de la « Résistance », armé d’un révolver et assisté d’un gendarme armé d’une mitraillette, ça barde !

M. l’abbé Philippe MERCIER quitte LA GIETTAZ le 22 mai 1945 ; il est nommé à FESSY-LULLY en remplacement de l’abbé BERGIER, assassiné par les maquisards. C’est l’abbé Victor-Joseph PAOUR qui poursuit le récit

« Je reçois ma nomination de curé de LA GIETTAZ vers le 20 août au cours d’une permission, car je suis mobilisé depuis le 9 avril au centre de libération des prisonniers de l’Ardèche à VALS-LES-BAINS.

Dimanche 14 octobre 1945, fête du retour des prisonniers. A la messe, on prie pour les deux morts de la guerre : Joseph BIBOLLET-RUCHE de la Bornandaz et Jean MARIN-CUDRAZ des Clapières. Puis, petit banquet à la cure pour les rapatriés :

  • POENCET Gérard des Lanvales
  • POENCET Joseph de la Stapesse
  • BIBOLLET-RUCHE Pierre des Evargneux
  • OUVRIER Léonard de Nantparreux
  • PORRET Francis du Biollay
  • PORRET Jean-Michel du Crozat
  • BIBOLLET Pierre des Fardelets
  • JOGUET Clément de Chez Thomas
  • BIBOLLET-RUCHE Gilbert du Plan
  • PORRET Rémi de Chez Coutin
  • BOUCHEX-BELLOMIE Gérard des Combes. «